Autoportrait à l’oignon

Chaque format photographique a ses caractéristiques propres, depuis le daguerréotype, en passant par le collodion humide ou le Polaroid. On peut regretter d’avoir perdu le rendu des films argentiques, bien qu’on puisse encore acheter un choix conséquent de films, et que le prix des bons appareils d’occasion soit très accessible. On peut en revanche essayer de s’approprier les caractéristiques du numérique : comme le Polaroid, les compacts numériques ont un rendu spécifique car ils sont imparfait techniquement. Il y a une texture que mon petit compact donne parfois, un effet qui apparait dans certaines conditions et que j’ai essayé de reproduire dans cet autoportrait à l’oignon. Pour le moment je ne parviens à reproduire cet aspect lissé et pictural qu’avec mon compact, avec le reflex, des problèmes de profondeur de champ apparaissent, et l’aspect trop parfait techniquement ne donne pas ce même effet de peinture en clair obscur. J’y travaille encore…

4 commentaires

  1. Xix Xix  
    19 mai 2010 à 13:13
    répondre

  2. Tu essaies de le faire léviter ? :)


  3. VincentVincent  
    19 mai 2010 à 14:14
    répondre

  4. On pourrait croire ça effectivement…
    On pourrait aussi se dire que j’ai l’air bien emmerdé avec un oignon, ce qui n’est pas faux non plus ;)


  5. 21 mai 2010 à 19:19
    répondre

  6. Je n’arrive pas très bien à voir ce que tu essaies d’expliquer à demi-mot. Quel est donc cet effet lissé qui te perturbe tant ? ; )


  7. VincentVincent  
    22 mai 2010 à 10:10
    répondre

  8. Ma foi c’est difficile à décrire, ça doit être pour ça que je l’explique mal… Mais il ne me perturbe pas, je le trouve super ! J’aimerais juste le reproduire avec un appareil plus professionnel.


Laisser un commentaire

 Name

 Mail

 Home

[Name and Mail is required. Mail won't be published.]