Archives 2010

Dijon, accéléré

Depuis cet été j’ai repris un projet de time lapse un peu plus poussé et ciblé sur Dijon. J’ai investi dans un filtre permettant d’obtenir des poses longues et donc des mouvements fluides même en plein soleil, car j’envisage de montrer des mouvements rapides de personnes ou de véhicules.

La version ci-dessus n’est qu’une petite démonstration en basse définition. Si votre connexion tiens la route, allez voir la version HD en suivant ce lien, et passez en plein écran…

Je prévois de demander à la ville des autorisations pour tourner dans des lieux spécifiques, avec des idées bien précises, des vidéos plus originales que sur cette simple démo et en suivant différents thèmes, ce sera la surprise !

Ah oui, et l’idée est également de demander à des artistes dijonnais pour les musiques associées ! To be continued…


Passage


Jeu : qu’est-ce ?


Au théâtre #2


Du balcon.

Du live

Petit live impromptu à la Péniche Cancale avec Projet Vertigo. Un groupe de rock électro, aux ambiances cinématiques. Un chanteur/slameur/guitariste, un homme orchestre électronique, un contrebassiste choriste, plus des guests stars, le tout super en place, une très bonne présence scénique, du groove, c’était nickel ! J’avais emmené le 50D, juste au cas où, mais sans vraiment l’intention de m’en servir. Sur le deuxième set, on s’est retrouvés assis tout devant, l’emplacement quasi idéal, mais c’était sans compter avec les pieds de micros, ennemis jurés des photographes. J’ai quand même réussi à prendre celle-ci dont je suis content en visant entre deux pieds. Il s’agit de  l’excellent saxophoniste Aymeric Descharrières venu en guest star sur les derniers morceaux, ça envoyait !

Parlons technique, puisque c’est mon premier essai sérieux avec le 50D en concert. Il semble que 3200 ISO soit la limite haute en sensibilité, avec un phénomène de banding assez marqué dès qu’on corrige une sous exposition. Mais en bossant sur le RAW il y a moyen de s’en sortir à condition de ne pas trop forcer la correction, de surveiller les basses lumières et de jouer sur couches de couleur (d’autant que les éclairages étaient pour le moins saturés !).


Au théâtre #1


Les lustres du théâtre sont en cristal de Murano.