Comment estimer l’exposition d’une photo ? La règle du f16

Suite à une discussion sur le blog de Focale Alternative, je me lance dans une rapide description de la règle du f16. Avant d’aller plus loin, précisons que cette règle ne concerne que les possesseurs d’appareils manuels, ou sans cellule, ou les personnes souhaitant travail en mode manuel. Elle ne s’adresse pas aux débutants où à ceux qui préfèrent se fier aux automatismes de leurs appareils.

La règle du f16 est un moyen rapide et facile d’estimer l’exposition d’une photo pour des prises de vue en extérieur. En effet sa dénomination anglaise “sunny f16 rule” donne une idée de son fonctionnement.

A- Quelle est donc cette règle ?

Elle est très simple : en extérieur, en plein soleil et en milieu de journée, l’exposition correcte est :
- ouverture : f16
- vitesse : 1/iso secondes
iso étant la sensibilité de la pellicule ou le réglage iso de l’appareil (dans le cas d’un numérique).

Voici un exemple concret : en cours d’après midi, en plein soleil, avec une pellicule 400 iso dans l’appareil, le réglage correct sera :
- ouverture : f16
- vitesse : 1/400s

Simple non ? De la même manière, dans les même condition de luminosité, si j’ai une pellicule 100 iso dans l’appareil, le réglage sera :
- ouverture : f16
- vitesse : 1/100s

Ceux qui ont déjà commencé à regarder sur leur vieil appareil me feront remarquer que les vitesses 1/400s et 1/100s n’existent pas. Ne vous inquiétez pas, il suffit de prendre les vitesses les plus proches : respectivement 1/500s et 1/125s. De la même manière, prenez 1/250s pour une pellicule 200 iso et 1/1000s pour une pellicule 800 iso, etc…

B- Réciprocité et règle du f16

Évidemment cette règle ne vous oblige pas à prendre toutes vos photos à f16. Pour les grands débutants, reprenons un (si ce n’est LE) grand principe de base de la photo : la règle de réciprocité.
Chaque fois que j’ouvre le diaphragme d’un cran, je dois augmenter ma vitesse d’un cran pour conserver la même exposition*. C’est ce que fait votre appareil automatiquement quand vous êtes en mode priorité diaphragme ou priorité vitesse…
Pour rappel, et il faut bien le rappeler car ce n’est plus visible sur les appareils numériques qui parlent en tiers de cran, les “crans” dont je parle sont les suivants :

- Pour le diaphragme : …f1.4, f2, f2.8, f4, f5.6, f8, f11, f16, f22, f32…
- Pour la vitesse : …1/2000, 1/1000, 1/500, 1/250, 1/125, 1/60, 1/30, 1/15, 1/8, 1/4…

Chaque passage de cran double ou divise par deux la quantité de lumière reçue par la pellicule.

Ainsi, dans notre 1er exemple où la bonne exposition était f16 à 1/500s, les réglages ci-dessous sont également corrects :
- f22 à 1/250s (en fermant le diaphragme il y a moins de lumière entrante, il faut donc un temps de pose plus long)
- f11 à 1/1000s (en ouvrant le diaphragme il y a plus de lumière entrante, il faut donc un temps de pose plus court)
- f8 à 1/2000s (idem)
etc… (les appareils manuels montent rarement au dessus des 1/1000ème de seconde)

C- Autres conditions météo

Vous avez compris le grand principe. Si vous n’êtes pas très à l’aise avec la règle de réciprocité, je vous conseille de la réviser sérieusement, vous devez parfaitement la maîtriser si vous vous engagez dans l’utilisation d’un appareil en mode manuel, ou même dans la photographie tout court.

Ceux qui suivent toujours vont me faire l’objection suivante : il n’y a pas toujours du soleil ! C’est là bien sûr que je vous indique comment utiliser la règle du f16 en cas de mauvais temps : il suffit de ne pas prendre de photo, ça ne vaut pas le coup quand il n’y a pas de soleil… je plaisante bien sûr, les pellicules noir et blanc se prêtent très bien aux temps couverts.

Voilà les grandes règles en cas de conditions météo différentes, un bon indice étant l’aspect des ombres :

- f22 : soleil très vif sur surface claire, comme la plage, ou la neige (ombres très nettes)
- f16 : plein soleil (ombres nettes)
- f11 : soleil légèrement voilé, ou en fin de journée (ombres légèrement floues)
- f8 : nuages, soleil masqué (ombres difficiles à discerner)
- f5.6 : ciel très nuageux, ou sujet à l’ombre par beau temps (pas d’ombres visibles)
- f4 : au coucher du soleil, ou ciel très lourd, ou sujet à l’ombre par temps couvert

Ceci toujours en prenant 1/iso comme vitesse.
Voilà pour la plupart des cas de figures…

D- The end

Avant de conclure, prenons un dernier exemple concret : vous photographiez un marathon, avec une pellicule 100 iso dans votre vieil appareil. Le temps est couvert et le soleil est masqué. Il faut donc adapter la règle du f16. Comme le ciel est nuageux, on devra se situer à f8 ou f5,6 1/iso… Difficile de savoir, donc vous regardez à quoi ressemble votre ombre : vous n’arrivez pas à la distinguer. Il vous faut donc exposer à f5.6 1/125s. Vous avez peur (et à juste titre) qu’1/125ème de seconde soit un peu lent pour bien figer les coureurs du marathon, alors grâce à la règle de réciprocité, vous transposez à f4 1/250s, ou f2.8 1/500s pour à la fois figer le marathonien et l’isoler de l’arrière plan avec une plus faible profondeur de champs.

Voilà. C’est fini pour aujourd’hui. Ne stressez pas trop en cas de doute, les pellicules sont relativement tolérantes aux erreurs d’exposition : 1 diaphragme sans problème, 2 diaphragme pas trop mal. Donc allez-y !

Si vous doutez encore et voulez être sûr de l’exposition, achetez une cellule à main, deux modèles d’entrée de gamme sont sympathiques et peu encombrants :
- la Sekonic L-208
- la Gossen Digisix
Elles sont toutes les deux assez intuitives et présentent l’avantage de visualiser en un coup d’œil tous les couples ouverture/vitesse corrects. Je ne peux me prononcer pour la Gossen, mais la Sekonic est vraiment petite, très simple d’utilisation, et assez précise tant qu’on ne descend pas trop bas dans les conditions lumineuses. Elle a même un système pour la fixer sur la griffe porte flash.

Maintenant assez parlé : sortez de chez vous et prenez des photos !

Autres articles sur le sujet :

Sur le site 35mm compact, profitez en pour passer en revue les petits télémétriques et compacts détaillés sur ce site, des bons petits outils !
Sur Wikipédia en français, et en anglais (plus détaillé).

* vous ne m’en voudrez pas de ne pas détailler l’effet Schwartzschild , qui contredit cette règle lors des très longs ou très courts temps de pose…

22 commentaires

  1. 13 janvier 2011 à 3:03
    répondre

  2. Super article! Merci.


    [...] mouvement: 30 Amazing Photographs from the Showcase Challenge: MovementDe l’exposition: Comment estimer l’exposition d’une photo ? La règle du f16Un choix: Randonnée ou photo – Je dois choisirDe l’ouverture: The Magic of Wide Apertures: [...]


  3. 5 février 2011 à 12:12
    répondre

  4. Un article comme on les aime ! Merci beaucoup !


  5. VincentVincent  
    6 février 2011 à 12:12
    répondre

  6. Merci Philippe !


  7. 19 février 2011 à 16:16
    répondre

  8. Enfin des exposés clairs et concis pour le non-professionnel que je suis.
    Une question: avec mon reflex Canon 50D, lorsque je photographie en intérieur mes petits-enfants (portrait), quelle expo utiliser?
    merci


  9. VincentVincent  
    19 février 2011 à 18:18
    répondre

  10. La règle du f16 ne donne plus d’indications valables pour les intérieurs ou les éclairages artificiels dont les luminosités sont trop variables pour donner une règle générale.
    Pour les intérieurs sans flash, il vaut malheureusement mieux avoir un objectif lumineux, heureusement, pour le portrait le 50mm F1,8 de chez Canon est le moins cher des objectifs et convient très bien.
    Dans ces conditions je me retrouve souvent à F2, 1/80 à iso 800 ou 1600 iso. Veillez à ne pas descendre à des vitesses plus lentes, et à bien maîtriser la mise au point qui ne pardonne aucune erreur à cette ouverture…


  11. 20 février 2011 à 12:12
    répondre

  12. merci pour vos conseils


  13. sophiesophie  
    25 février 2011 à 21:21
    répondre

  14. geniallllllllll quel gain de temps pour tous les debutants


  15. 28 juillet 2011 à 14:14
    répondre

  16. Merci d’avoir un blog interessant


  17. 9 novembre 2013 à 13:13
    répondre

  18. merci Philippe ,cette mise à jour pour un ancien mordu de l’argentique , qui à l’ocasion d’y revenir suite à un cadeau de retraite ( un SEM 6*6 ) était nécessaire . maintenant près pour aller à la chasse !!!


  19. Flo-ZFlo-Z  
    21 janvier 2014 à 16:16
    répondre

  20. Merci Philippe mais petite question tout de même :

    J’ai un Babysem de chez Sem en 45 mm

    Actuellement j’utilise une pellicule 200 iso
    logiquement par temps ensoleillé et en respectant le règle du f/16 je suis censé utilisé une exposition de 1/ 250 jusqu’ici tout va bien. Mais si alors je veux utiliser un diaphragme 5,6 car le temps est nuageux je devrait mettre utiliser une exposition de 1/2000 mais mon petit appareil est limité à 1/250. Alors comment faire pour respecter cette règle ?


  21. VincentVincent  
    21 janvier 2014 à 17:17
    répondre

  22. Bonjour, moi c’est Vincent :)
    Effectivement pour prendre à f/5.6 il faudrait être à 1/2000ème, mais tous les appareils ne le permettent pas. La seule solution pour shooter à f/5.6 en gardant la même sensibilité de pellicule est d’utiliser un filtre gris neutre, qui diminue la lumière reçue par l’objectif. Dans ce cas de figure précis,un filtre ND8 divise par 8 (soit 3 diqphragmes) la quantité de lumière, et permet donc de redescendre à 1/250.


  23. FabienFabien  
    24 août 2014 à 10:10
    répondre

  24. bonjour Vincent

    votre article est super et avec des exemples, ce que beaucoup de ne font pas, merci.

    j’ai cependant une question
    si je reprends l’exemple sur le marathon en temps nuageux et pouvoir figer le marathonien
    il me faut régler à
    ” f4 1/250s, ou f2.8 1/500s pour à la fois figer le marathonien et l’isoler de l’arrière plan avec une plus faible profondeur de champs.”

    mais voila si je souhaite avoir une plus grande profondeur de champs pour figer plus d’un coureurs
    comment dois-je m’y prendre?


  25. VincentVincent  
    25 août 2014 à 18:18
    répondre

  26. Bonjour Fabien,

    En conservant une pellicule à 100 iso, il n’y a pas tellement de possibilité d’obtenir une plus grande profondeur de champ en gardant des vitesses rapides…
    Pour cela il faudrait passer par exemple à une pellicule 400iso, qui permettrait d’être à f8 à 1/250s…


  27. 16 avril 2015 à 14:14
    répondre

  28. bjr,vincent

    j ai une 50d et je veux connaitre gerer les vitesse,ISO,ouverture;alors stp aide de moi a le metrise.MERCI


  29. 16 avril 2015 à 14:14
    répondre

  30. avec un obectif de 18-135mm


  31. VincentVincent  
    17 avril 2015 à 10:10
    répondre

  32. Bonjour,
    La règle du f/16 s’applique pour n’importe quel appareil en mode manuel. Elle est indépendante de l’objectif utilisé. Les conseils de cet article conviendront donc à votre matériel.


  33. RodolpheRodolphe  
    29 mai 2015 à 17:17
    répondre

  34. Bonjour,
    Mais comment faire une photo de ce marathonien avec un joli flou d’arrière plan lors d’une journée ensoleillée avec une pellicule 400 ISO/ASA ?
    Si je reprends la règle du F16, F16 et 1/500e me donnent une photo bien exposée mais mon appareil ne pouvant faire mieux que 1/1000e (Canon AE-1 Programme) je suis limité à F11 en ouverture (au mieux je pourrais essayer avec f/8), très loin des f/1.8 ou f/2.8 qu’il me faudrait pour faire un joli flou. Avez-vous une solution ?

    Cela pose peut-être une autre question : quelle est la valeur la plus polyvalente ? ISO100? ISO200 ? ISO400 ?


  35. VincentVincent  
    29 mai 2015 à 22:22
    répondre

  36. Bonjour,
    La seule solution dans ce cas est d’utiliser un filtre gris neutre. Son but est d’atténuer la lumière arrivant dans l’objectif. Les modèles les plus fréquents peuvent faire descendre jusqu’à 3 diaphragmes (filtre ND8), soit f/4 dans ce cas de figure, voir f/2,8 en surexposant d’un diaphragme, ce qui est déjà mieux pour obtenir du flou.
    Quant à la question de la sensibilité de pellicule la plus polyvalente, je me la suis souvent posée et il n’y a pas de réponse unique. Si les photos sont prises majoritairement en journée, ce sera 100 ou 200, si ce sont plutôt des photos d’intérieur, 400, voir 800 ou 1600. Souvent en argentique j’utilise deux boitiers, l’un chargé en 100 ou 200 et l’autre avec une 400 que je pousse à 800…


  37. riadriad  
    31 août 2015 à 21:21
    répondre

  38. Bonsoir
    merci pour ce petit rappel de cette règle avec laquelle j’ai toujours utilisé mes vieux boitiers depuis 2004 (AE1 ,FED3,Leica6.2,divers ovnis).. Cependant pourriez vous nous dire sur quel facteur comment et pourquoi il faut le plus agir pour avoir ou du moins maîtriser la profondeur de champs…et aussi quel conditions doivent définir le choix de la sensibilité à charger dans le boitier un beau jour bien ensoleillé par exemple ? (Puis je mettre du 400 et pourquoi au lieu du 100 normalement suffisant?)
    Bien cordialement riad .
    ps de nombreux “professionnels” ne savent même pas comment et pourquoi exposer en manuel sont perdus


  39. VincentVincent  
    10 septembre 2015 à 10:10
    répondre

  40. Bonjour, @riad
    Le facteur jouant directement sur la profondeur de champs est l’ouverture du diaphragme. Plus il est ouvert (chiffre bas : f/2 ; f/2,8) plus la profondeur de champs sera réduite, à l’inverse plus il est fermé (f/11 ; F/16…) plus elle sera importante.


  41. 3 avril 2017 à 1:01
    répondre

  42. merci beaucoup , un bon article , je suis debutant ,je vais le relire plusieurs fois


Laisser un commentaire

 Name

 Mail

 Home

[Name and Mail is required. Mail won't be published.]