Posts Tagged grand dijon

31 mars

Ce début d’année a été calme, très calme en publications. Un peu de fatigue, de grippe, d’essais ratés, de cyanotypes, de refonte de mon site pro ainsi que de réflexions de fond sur les projets à venir sont les raisons de ce silence visuel.
Mais voici la fin de la trêve avec une photo d’actualité au sténopé (peut-être un concept à explorer) : le rassemblement place de Libération contre la loi travail.
L’occasion de ressortir l’attirail en bois et ce cher vieux caffenol dont l’odeur commençait à me manquer.

Chambre FKD 13×18 cm
Sténopé 0,3 mm
12 minutes d’exposition
Papier Foma RC
Développement au Caffenol CM appliqué au pinceau

Parallèles

Des arbres, un chemin, ça sonne comme une chanson de Françis Cabrel… mais je ne me lasserai jamais de ce type de sujets. [Insérer interprétation psychanalytique].
Toujours dans le cadre des ambrotypes sur gélatino bromure révélés à la vitamine C, avec en prime un essai de plan de netteté non perpendiculaire.

Chambre FKD 13×18 cm
Leitmeyr Doppel Anastigmat Sytar 240mm, 8 secondes @ f/4,5
Ambrotype à la gélatine

La porte du diable

Cette étrange porte est perdue au bord d’une petite route dans la campagne des environs de Dijon. Elle tient son nom de la petite sculpture au milieu du linteau. Malgré sa ressemblance, il ne s’agirait pas d’un diable mais d’un blason vandalisé à la révolution.

Chambre FKD 13×18 cm
Leitmeyr Doppel Anastigmat Sytar 240mm, 8 secondes @ f/4,5
Ambrotype à la gélatine


Moissons


Rien à voir avec la photo ci-dessus, mais je voulais savoir si j’étais le seul à éviter de lire plus d’une phrase des résumés à la fin des livres, de peur qu’un élément clé de l’intrigue ne soit révélé ? C’est aberrant de voir à quel point c’est fréquent. Qui donc écrit ces résumés ? Ne savent-ils pas donner envie sans flinguer la première moitié du bouquin ? Hier j’en ai eu l’exemple le plus effarant : dès la 6ème ligne du résumé au dos de la version poche d’Armadillo de William Boyd, il y a des éléments révélés qui n’arrivent qu’à la 321ème page du livre… sur 367 ! C’est de l’auto-spoil puissance 10. Si je l’avais lu ça m’aurait flingué 87% de l’histoire. Je vais lancer une pétition.

Soldes #2 : l’essayage


J’ai parfois écrit que je ne m’ennuyais jamais quand on me posait quelque part avec un appareil photo et du temps devant moi : ça se confirme, même pendant les soldes.